Nuageux

19°C

Bejaia

Nuageux

Humidité: 74%

Vent: 6.44 km/h

  • 25 /04/ 2017

    Plutôt nuageux 22°C 10°C

  • 26 /04/ 2017

    Partiellement nuageux 25°C 12°C

Commune de Béjaïa

Sans titre

Présentation :

Béjaïa est située à 181 km à l’est de la capitale Alger, à 93 km à l’est de Tizi-Ouzou, à 81,5 km au nord-est de Bourdj Bou Arreridj, à 70 km au nord-ouest de Sétif et à 61 km à l’ouest de Jijel. Elle couvre une superficie de 12 022 hectares.

La commune de Béjaïa est administrativement le chef lieu de la wilaya. Elle est située au nord de la wilaya de Béjaïa sur le littoral méditerranéen ; elle est traversée par le fleuve de la Soummam. Béjaïa est bordée au nord et à l’est par la mer méditerranée et elle touche les communes de Toudja (à l’est), d’Oued-Ghir (au sud) et de Boukhlifa et Tala Hamza (au sud-est).

La commune de Béjaïa dévoile un total de vingt six (26) biens culturels identifiés et recensés pour le moment dont quatorze (14) sont classés.

Sept (07) biens culturels classés patrimoine national, six (06) biens culturels inscrits sur inventaire supplémentaire comme patrimoine de wilaya dont un (01) est en instance de classement, et aussi, un (01) secteur sauvegardé de 70 hectares représentant le noyau historique de la ville de Béjaïa.

 

Aperçu historique:

Béjaïa est le toponyme officiel de la ville et de la wilaya. Les habitants comme le reste de la Kabylie utilisent le nom de Bgayeth ou bien Vgayeth qui est le nom en berbère. Au grès des occupations successives, Béjaïa a connu nombre d’appellation se rapportant à son toponyme.

L’époque préhistorique est caractérisée par l’existence de monuments et de sites à l’exemple de la grotte d’Ali Bacha à M’cid El-Bab à Béjaïa représentant l’époque la plus ancienne de l’occupation humaine à Béjaïa. L’existence de vestiges recueillis sur les lieux remonte au paléolithique moyen. L’abri des Aiguades, du Tumulus et de la station de pêche au pic des singes témoignent de l’ère Néolithique.

Béjaïa, indique-t-on aussi, n’en est pas moins concernée par la haute antiquité. Elle a été successivement phénicienne ou carthaginoise, romaine, vandale et byzantine. Les phéniciens pratiquaient la navigation entre la métropole de Tyr et les colonnes d’Hercule. Ils établirent un comptoir commercial qui leur servait d’escale et de lieu d’échange. Les seuls témoins qui subsistent de cette période sont : un tombeau punique sur la route des Aiguades, pièces de monnaies et des outils de pierres taillées qui sont conservées au niveau du musée de Bordj Moussa.

Selon Charles Féraud, Béjaïa fut l’une des colonies que fonda Auguste puis Juba ǁ, ainsi les romains fondèrent la ville de Saldae, cette cité antique édifiée deux contreforts appelé Moussa et Bridja que sépare le ravin (les cinq fontaines). Une ligne de muraille ralliée depuis la pointe du fort Abdelkader jusqu’à la Casbah, cette ligne se prolongeait ensuite le long du rocher qui bonde la ville au sud jusqu’au fort Moussa. Le port romain était situé à l’ouest de la ville au quartier dit Dar-Senna, il devait s’étendre depuis les assises de la Casbah jusqu’au-delà du parc à fourrage. Les réalisations les plus prestigieuses de cette période sont les « citernes romaines » et les « aqueducs » pouvant apporter et recueillir les eaux et les distribuer ensuite sur divers points de la ville qui portait le nom romain de Saldae.

La période la plus prestigieuse de Béjaïa est l’époque médiévale. La cité a été fortifiée par une grande muraille percée sept portes, des châteaux comme le château de la perle et le château de l’étoile. Béjaïa à la période Hammadite portait le nom d'En-Nacéria en référence à son fondateur « En-Nacer ». La cité a connue un âge d’or et une prospérité jamais égalée, fut d’abord à partir de 1067 la capitale du royaume Berbère des Hammadites, ancienne colonie romaine, puis chef lieu de province d’un empire.

L’occupation Espagnole en 1510 a apporté des modifications sur les monuments déjà existants tels que fort marin Abdelkader, fort Gouraya, fort Moussa ainsi que la Casbah.

En 1833, Béjaïa se trouvait réduite à un triangle compris entre le fort marin Abdelkader, le fort Moussa et la Casbah, les troupes françaises démolissaient les habitations inhabitées du fait qu’elles servaient de lieux pour embuscades. La ville fut de nouveau peuplée, après qu’elle fut érigée comme commune par les colons français, ses édifices subsistent à nos jours tels que le Théâtre Régional de Béjaïa, la poste, le lycée Ibn Sina, la maison d’hôtes (ex-sous préfecture), l’ex palais de justice… etc.

Aujourd’hui, la vieille ville de Béjaïa est érigée en secteur sauvegardé.

Bougie est le nom de la ville donné pendant la colonisation Française. Ce nom est en réalité bien antérieur à cette période, il fait référence à la « bougie de cire » qui fut inventée et fabriquée dans la ville puis revendue dans toute la méditerranée et l’Europe du moyen âge (Bougie ville d’Algérie ou l’on fabrique cette sorte de chandelle).

Béjaïa donna son nom aux petites chandelles et à partir de laquelle les chiffres arabes ont été popularisés en Europe.

-Extrait du répertoire Partiel des Biens Culturels Immobiliers de la Wilaya de Béjaïa-

Éditer par la Direction de la Culture de la Wilaya de Béjaïa dans le cadre du « Mois du Patrimoine 2015 »